Gabriel M. et Julien Clerc

Julien Clerc et Gabriel M.! Nous y sommes! La journée qui marque “complet” sur tous les murs de la ville, c’est ce soir… Il fait chaud, encore et toujours en ce beau mois de juillet.

Et pourtant Gabriel M. a pour objectif de chauffer encore plus le Campo Santo parce que ce soir, c’est lui en première partie de Julien Clerc sous le soleil perpignanais.

Alors il débarque sur scène, accompagné de ses musiciens Julien Lebars au clavier, Davy Kilembé à la guitare et à la batterie et un sourire vissé aux lèvres.

Aujourd’hui, on est heureux d’être ensemble et on le montre. Sa personnalité hyper amicale est très contagieuse. Bientôt c’est toute la salle qui applaudit au rythme de Gabriel M.

Les chansons passent et le temps aussi. Nous on ne voit pas ce temps qui passe tellement le moment est agréable. On se laisse emporter par la joie communicative qui prend d’assaut le Campo Santo.

Julien Clerc

Puis l’entracte arrive. Chacun attend Julien Clerc qui ne se fait pas prier du tout pour rentrer sur scène. Comme s’il avait lui aussi assisté à sa première partie, le sourire fait partie intégrante du costume de l’artiste ce soir.

Il remercie immédiatement le public d’être là pour lui et surtout avec lui. Il n’en faut pas plus pour lancer le set. C’est sur “La Californie” en 3ème titre que le public se lâche et c’est là qu’on sait qu’on va encore passer une belle soirée!

Les tubes s’enchaînent et le public adore. Après avoir parlé des femmes de sa vie (Hélène, Mélissa, la fille au bas nylons) il termine par Lily voulait aller danser et nous offre un gros quart d’heure de ses meilleurs titres des années 80.

Les gestes, positions et attitudes de Julien Clerc sont à l’identique de ce qu’on connaît et qu’on attend. Pas de surprises. Il fait le job et le fait super bien. Moi qui pensais que j’allais passer une bonne soirée, me retrouve en train de chanter, danser et bouger pendant tout le set pour une excellente soirée!

Le moment émotion sera sans aucun doute lorsque la jeune Léana le rejoint sur scène et entâme d’une voix cristalline “Je m’appelle Emilie Jolie”. Le duo fait toujours son effet. Les frissons sont au rendez-vous.

On s’amuse, on danse, on chante, on communique avec son voisin et voilà une seconde soirée au Live au Campo qui se finit comme on en rêvait. Merci Messieurs!

La la la la la, la la lala, la, lalala la la…

Report: Josiane Coranti
Photos: Laurène Coranti-Herten / Pretty Pics

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !
%d blogueurs aiment cette page :