Un festival pas comme les autres

C’est une grande première pour moi. La première fois où je suis accréditée au super festival de musique Fest In Pia dans la ville de Pia (66). Je suis excitée à l’idée de découvrir un nouveau festival et bien entendu par les artistes qui s’y produisent.

Fest In Pia (FIP) est un festival à taille humaine qui accueille des artistes locaux, nationaux et internationaux. Le style de musique est varié puisque lors de cette édition 2018, j’ai pu entendre de la pop, du rock, du métal, du rap, de l’électro, du mystique, de la trip pop et du rythm and blues britannique.

DHamma

Le premier groupe à se produire sur la grande scène est DHamma, un groupe électro pop fusion composé de Sacha et Khalil. Le Dhamma est un mot transcrit du pali, une langue indienne. Il désigne l’ensemble des normes et lois, sociales, politiques, familiales, personnelles, naturelles ou cosmiques d’une façon générale.

Et il faut dire que Sacha, la chanteuse, semble habitée par une substance cosmique. Elle a ses fans dans le public et régale les quelques personnes arrivées dès l’ouverture des portes par un son unique, complètement perché diront certains.

C’est donc sur scène que DHamma prend toute son envergure. Les deux musiciens y sont particulièrement à l’aise et se sentent libres d’exposer toute leur créativité.

Dead Time

William à la batterie, Jasmin à la basse et Thomas à la guitare et aux machines composent le trio de Dead Time, un groupe Electro-Dub-Rock

Influencé par la scène française, Dead Time révèle une atmosphère mystérieuse instrumentalisée par l’alliance rock/électronique. C’est dans une ambiance indue organique teintée de dub que règne un déferlement de sonorités destructurées. La touche progressive du trio offre un voyage digital et intemporel au travers de ses plages hybrides composées d’une mélancolie aussi subtile qu’empreinte de paradoxe. Un son orchestré par le rêve, indissocié de sa réalité.

Le Discours

Puis vient l’heure du Maire de faire monter tous les bénévoles sur la scène afin de les remercier pour leur implication. Il faut savoir que Fest In Pia est un festival qui a démarré sur l’idée du Point d’Information Jeunesse de Pia (le PIJ) et ce sont donc les ados qui ont activement planifié, recherché les artistes et organisé le festival. Bravo à eux!

Diva Faune

Puis Diva Faune s’est emparé de la grande scène. Il s’agit d’un groupe de musique électronique aux influences indie-folk initié par Yogan Le Fouler-Barthel. En 2013, avec Jérémy Benichou ils commencent à travailler sur les compositions folk et indie-Rock de Yogan en y ajoutant l’expérience de Jérémy en ce qui concerne la musique électronique (DJ et remix).

Comme ces deux artistes jouent tous deux de plusieurs instruments, ils ont toujours eu à coeur de faire évoluer le côté scénique de leur groupe. Diva Faune prend alors ses marques avec Yogan au chant et guitare folk et Jérémy au clavier, batterie électronique, guitare électrique et choeurs.

David Alcantara & Los Chicoss

Le public retrouve avec David Alcantara & Los Chicoss une sonorité locale avec des accents gitans et des guitares frappées.

Los Chicoss est un groupe familial de L’Union qui a connu son heure de gloire au début des années 2000 avec leur tube «Olélé». Le groupe a changé. Mais la famille est toujours là, autour de José Fajardo, le patriarche, qui explique qu’ils font «de la musique comme les Gipsy Kings». En d’autres termes, de la musique entraînante, un mélange de flamenco, de pop et de rythmes latino-américains. De la musique pour s’amuser dans une ambiance «caliente». 

Il s’agit d’une formation Rumba Catalane créée par Marcellin Alcantara il y a plusieurs générations. Le fils, David Alcantara, reprend le flambeau il y a 30 ans et la relève est assurée avec Esteban Alcantara qui rejoint aujourd’hui le groupe dont le nom n’est plus à faire en Sud de France. Chaleur des voix et des Guitares sur la scène de Fest in Pia 2018.

Beaucoup d’énergie se dégage du groupe et ne tarde pas à envahir la pelouse du Parc du Tilleul qui se remplit de plus en plus. Et pour cause…

Morcheeba

Pionnier de la scène Trip-Hop anglaise avec 8 albums à son actif, vendus à plus de 10 millions d’exemplaires, Morcheeba est de retour sur scène pour une tournée qui s’annonce pleine de surprises et de nouvelles sonorités !
Après s’être orientés vers un nouveau projet musical intitulé ‘SKYE|ROSS’, Skye Edwards et Ross Godfrey, les membres fondateurs du groupe, annoncent le grand retour de Morcheeba sur scène à l’occasion de la sortie de leur nouvel album, “Blaze Away” paru le 1er juin 2018 chez Verycords.

“Blaze Away fusionne astucieusement Downtempo, Trip Hop, Rhythm and Blues et Pop. L’album marque à la fois une nouvelle approche, plus organique, ainsi qu’un retour aux joyeux mélanges de genres des débuts.
La tournée de MORCHEEBA sera également l’occasion de célébrer les 20 ans du groupe, plus complice et soudé que jamais pour présenter leur nouvel album !

Morcheeba, le groupe britannique originaire de Londres, mélangeant trip hop, rythm and blues et downtempo, ne tarde pas à faire son entrée sur scène. Skye, toute de rouge vêtue, est magnifique et tous les yeux ne voient qu’elle. Agréable, souriante, charmante, elle joue avec le public, son public, et délivre ses hits les uns après les autres. Rebecca, à côté de moi, attend “The Sea” avec impatience. C’est son morceau préféré et elle craque quand la belle Skye attaque les premières notes.

L’émotion est palpable. Le jeu de lumières permet à Skye de faire danser sa tunique couleur de feu.

Fianso

Après sa série de freestyle #jesuispasséchezso acclamée par le public, Sofiane alias Fianso a marqué 2017 avec son album “Bandit” certifié disque d’or. En 2018, le rappeur originaire du 93 sort son nouvel album «Affranchis» le 26 janvier.

Fianso a fait polémique en avril 2017 en bloquant une portion de l’autoroute A3 pour le tournage de son clip. Une action qui lui aura valu quatre mois de prison avec sursis et 1500 euros d’amende.

Sofiane s’inspire de la Seine-Saint-Denis pour écrire, mais pas seulement. «Tout m’inspire, je suis une éponge. J’aime la littérature, le cinéma, le théâtre” raconte-t-il. “Mais ma première source d’inspiration, c’est le vécu.»

L’interprète, qui s’est récemment essayé au cinéma dans Frères ennemis de David Oelhoffen, et au théâtre dans l’adaptation de Gastby le Magnifique par Pauline Thimonnier, est aujourd’hui certifié deux fois disque de platine pour ses albums Bandit (2017) et Affranchis (2018). «De base, je suis un kiffeur de théâtre. Je suis venu au rap par l’écriture. Mais je n’ai pas rappé du Fitzgerald on va se calmer» précise-t-il.

Vous, le Public !

Un festival ne serait rien sans les festivaliers. Alors voici une petite galerie photo où vous vous verrez peut-être !

 

Photographies: Laurène Coranti-Herten / Pretty Pics
Rédaction: Rebecca Herem, traduit de l’anglais par Laurène Coranti-Herten / Pretty Pics

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !
%d blogueurs aiment cette page :